Calendar

May 2017
SunMonTueWedThuFriSat
 << < > >>
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Announce

Who's Online?

Member: 0
Visitor: 1

rss Syndication

May302017

HP Compaq nx6325 laptop battery


Amazon has done something amazing over the past year or so with the Kindle Fire. It’s found a way to turn a tablet into a shopfront, complete with annoying adverts, without consumers violently objecting. It’s also found a way to take a poorer user experience – reading a book on a colour screen – and make it more popular than the alternative. Add in the Nook HD, Kobo Arc and – to a lesser extent as the book store isn’t the main focus – the Nexus 7, and the previously popular monochrome ebook reader is under real threat.Microsoft pulled off one of the few genuine surprise launches of the year when we were first introduced to the Surface back in June. All of our concerns about the Windows 8 beta were put to one side as we marvelled at this lovely piece of innovation from a company that isn’t supposed to do consumer hardware. Microsoft’s partners were seemingly as shocked as the rest of us.Okay, the Surface didn’t end up being perfect, but it’s a nice piece of kit and Microsoft has backed it with a truly monstrous marketing budget. We always said Windows 8 needed the right device to show it in its best light, so bravo to Ballmer et al for accepting that a big change was necessary if Windows tablets are to compete. (see also: Losers of 2012)Oh, HP. Where to start. A company with so much going on, so little of which has gone right this year. A company whose share price hit a nine-year low in October, after warnings of an impending crash in earnings. A company almost totally absent from the booming mobile market, but also losing its crown as the world’s biggest PC maker to Lenovo – if not already (HP disputed it), then probably by the time the next figures come out.



But most of all, it’s the astonishing case of Autonomy and the missing billions that has made HP something of a laughing stock. Writing down $8.8 billion – almost 80% of the purchase price – was one thing; accusing Autonomy's founder Mike Lynch of “accounting improprieties” is another entirely, and he hasn't taken it lying down. The case has already seen the disclosure of embarrassing information about HP’s inner workings, and it’s not over yet by a long chalk.If Surface was Microsoft giving everyone a nice surprise, it’s safe to say Windows 8 proved more divisive. Now, here at PC Pro we’ve grown to quite like the new OS, which has some excellent new features and cleans up a lot of mess from old versions. But boy did we take some persuading.You could argue The Interface Formerly Known As Metro (TIFKAM) was another necessary gamble by Microsoft, a radical shift in focus to belatedly join the tablet march. But it didn’t go down well with a PC crowd furious at the loss of its beloved Start menu. “You didn’t even use it,” said Microsoft, seemingly unaware most of us steer well clear of its Customer Experience Improvement Program. Sales haven't exactly been stellar so far. (see also: Winners of 2012)Spare a thought this Christmas for the poor inkjet. A few years ago we feared for the existence of the standalone printer, as all-in-ones rapidly pushed them off shop shelves. Now those all-in-ones look to be heading the same way.



This year saw both Lexmark and Kodak announce plans to end all inkjet production, with insiders conceding that there simply isn’t room in a shrinking market for more than a handful of players. It’s unlikely Canon, HP and Epson will be dumping their inkjets just yet, but the future competition looks more likely to come from new technologies than from traditional rivals.“Windows 8 pricing will be the final nail in the coffin of netbooks,” we were warned by a leading PC manufacturer in May, but in truth the netbook was dead long before Windows 8 arrived without a Starter edition. In fact, it’s tough to think of another recent product that’s arrived, been universally loved, then disappeared again quite as rapidly as the netbook (2009-2012, R.I.P.)It showed us that laptops for basic functions – which, if we’re honest, is all many of us need – could be ultra-cheap, small and light enough to sling in a bag. We all bought one. Then Apple launched the iPad, the tablet movement sky-rocketed, and we all put our dusty netbooks on eBay. We haven’t reviewed a netbook now for over six months, and no one’s asked us to.For some, the mere sight of that four-letter VAIO logo is enough to inspire irrational desire. But in a world where Sony’s brand cachet alone can loosen wallets, the latest addition to its E Series family, the 14in VAIO VPCEA1S1E/L, is the laptop equivalent of Marmite.




We’d barely plugged it in before the comments began. Two PC Pro writers ambled by, caught sight of the unmissable Sony and, as if struck by lightning, stopped dead on the spot. What one said is wholly unprintable; the other, meanwhile, gave the E Series a loving fumble and cooed appreciatively.Love it or hate it, the eye-popping aqua blue of this VAIO certainly grabs the attention. It’s not often that we find ourselves transfixed by a lid, but the Sony’s is something special. Ripples of tiny, dark dots radiate out from the silver VAIO logo that seemingly floats a few millimetres above. If you’re one of the 43 people worldwide who’ve always longed for a pseudo-holographic effect on the lid of your next laptop, you’re in luck.The striking blue continues inside. Those darker dots fade through the wristrest, echoed by a strip of pin-pricks sweeping across the top edge of a keyboard that cuts a bold, black swathe through the middle.Although it's the smallest of Sony's E Series, with a 14in screen, that keyboard is a sensible as it looks. Every key falls nicely under the finger and releases with a dainty click, and while the Sony isn't lightweight at 2.29kg, build quality is well up there with the best in its price bracket. Unlike many portables, the Sony’s lid genuinely seems to guard the TFT panel inside and despite prodding, poking and the most impolite twisting actions, the E Series proved remarkably resilient.



After so much preparation and hype, Microsoft has launched a massive three-pronged assault.Windows 8 landed 26 October, with low upgrade prices aggressively targeting those holding on to older versions. PCs and laptops will immediately begin shipping with Windows 8 preinstalled, which should provide the customary sales boost in the run-up to Christmas.We’ll also see Windows 8 tablets, and Intel has announced that at least 20 are being developed on its new Atom Clover Trail chips. Microsoft’s Surface tablets grabbed the headlines when they were unveiled, but with Samsung and Asus among those making Windows 8 tablets, it will be interesting to see Surface succeeds against companies that Microsoft has long valued as partners.One certainty is that the new touch interface must catch on if Microsoft’s plans are to succeedOne certainty is that the new touch interface must catch on if Microsoft’s plans are to succeedOne certainty is that the new touch interface must catch on if Microsoft’s plans are to succeed – getting developers to quickly populate the Windows Store is key.The third prong to the attack is Windows Phone 8. The key feature is its shared Windows core, meaning that apps can be built across PCs, tablets and smartphones – the goal is a seamless transition for anyone trying a new Windows 8 device.



The Office 2013 Preview is already available, with Skype now incorporated, and a version will be on the first Windows RT tablets this year. A full desktop release is expected next year.Microsoft has its fingers in many more pies: Exchange Server 2013 will coincide with the release of Office; Windows Server 2012 is expected in September; and a next-generation Xbox is reportedly in development for release in late 2013. However, the key is Windows 8, and Microsoft has much riding on its success.Investors in Apple this time five years ago have more than trebled their money by now. Apple’s the one company that seems to be successful with almost every new product or service it creates, but can this record be maintained indefinitely?Two major factors will determine Apple’s near future. The arrival of the iPhone 5 and the iPad mini.As the Nexus 7 showed last month, with proper quality control a smaller tablet can be just as desirable as the iPad and its ilk, but Apple's version does cost more than its rivals.The ascent may not always be this rapid, but it’s impossible to see Apple faltering anytime soonThe ascent may not always be this rapid, but it’s impossible to see Apple faltering anytime soon



It also remains to be seen if Steve Jobs was right in 2010 when he said “the size isn’t sufficient to create great tablet apps, in our opinion”. Given how much money is currently in the app market, developers will surely set about disproving that with gusto.The iPad has launched in China; Apple is intent on bringing the Retina display to more laptops and even the iMac; and the rumours concerning greater involvement in TV simply won’t go away.The second-generation Apple TV is an excellent little device, but does that mean Apple is looking to build its own TV? We’re sceptical, but you can never rule anything out with Apple.Although its smartphone technology has arguably been surpassed, Apple remains dominant in the premium tablet market, and the popularity of OS X and MacBooks is growing – Mountain Lion exceeded three million downloads in only four days. The ascent may not always be this rapid, but it’s impossible to see Apple faltering anytime soon.Performance is bang on the money, too. Intel’s Core i3-330M processor sits at its heart, and while ATI’s Radeon HD 5145 graphics chip lacks DirectX 11 compatibility, it's a decent combination. Our application benchmarks churned along to a final result of 1.27 and Crysis only slowed down to 17fps once we hit Medium detail and upped the resolution to 1,280 x 1,024. At low settings you'll be fine.




There’s little to complain about in the connectivity stakes, either. Bluetooth and 802.11n cover the all the wireless bases, while the three USB 2 ports on the right flank are opposed by eSATA, HDMI, D-SUB and Gigabit Ethernet on the other.Delve deeper through the Sony’s DNA, however, and its love-it-or-loathe-it qualities rear their head once again. While we expected the usual 1,366 x 768 panel at this price, Sony has stretched a far more spacious 1,600 x 900 resolution across its 14 inches. That’s certainly nothing to complain about, as the extra pixels come as a breath of fresh air compared to the bulk of the mid-priced competitors.But although image quality is good enough, it’s far from perfect. The narrow vertical viewing angles left us tilting the display back and forth as we shuffled about in our chair, and no amount of fiddling could rectify the panel’s inability to differentiate dark grey from black. We’re glad of all those pixels but be under no illusions: the image quality very much reflects the affordable price tag.Stamina, too, is another area where the E Series falters. It’s perhaps not surprising given the presence of the dedicated graphics chipset, but even under the lightest of usage conditions we could only squeeze 3hrs 50mins from the battery. Push it with intensive applications and that could fall as low as 1hr 13mins.



So, it’s not the laptop Holy Grail, but Sony’s VAIO VPCEA1S1E/L will remain a tantalising option for many prospective purchasers. If you find the blue finish nauseating, you probably won't like the neon green and lurid pink alternatives, but the plain white or black models might ease your discomfort. Either way, the striking looks, solid performance and decent-resolution screen combine very nicely at this price. Factor in the fine keyboard on top and this Sony richly deserves its Recommended award.Asus is adding an HD display to its convertible Android tablet, the Eee Pad Transformer Prime.The Transformer Prime, which goes on sale in the UK this week, currently has a 1,280 x 800 screen to go with its detachable keyboard dock. That will be upgraded to a 1,920 x 1,200 display later this year.An Asus spokesman at the Consumer Electronics Show told PC Pro that customers were increasingly plugging the tablet into external Full HD screens, prompting Asus to upgrade the device screen itself.The HD version of the Transformer Prime will also get a 3G option when it goes on sale later this year, for "less than £599", according to the Asus spokesman.



Admin · No views · Leave a comment
May302017

HP EV06 laptop battery


If there’s one area where the UX303LA outperforms the current MacBook Air, it’s this. The Air’s TN display is neither as bright nor as colour-accurate as the UX303LA’s, and the resolution is lower as well. Still, with new MacBook Air models expected imminently, that picture could change very soon.Since this is an Ultrabook, there’s nothing special about the UX303LA’s external connectivity. You get three USB 3 sockets, HDMI and mini-DisplayPort video outputs, plus an SD card reader and a 3.5mm headset jack.There’s no Ethernet port on the chassis of the laptop, but Asus supplies a 10/100 USB dongle in the box, while wireless comprises 2x2-stream 802.11ac Wi-Fi and Bluetooth 4.Finally, to round things off, the UX303LA sports Asus’ usual Bang & Olufsen-branded speakers, which deliver a broad, detailed soundstage, but don’t pack much of a punch.



As expected, Intel’s new Broadwell Core i7 doesn’t rewrite the rulebook, certainly not in performance terms. However, its improved efficiency, coupled with Asus’ budget-conscious specification, means this first outing is far more positive than negative, and at £700 inc VAT, the Zenbook UX303LA represents superb value.It costs £150 less than the current bottom-of-the-range MacBook Air 13in, and that gets you a Core i7-based machine with a 128GB SSD, 13-hour battery life and a top-quality display. It’s an awful lot of laptop for the money.There’s no polite way of putting it: the iPad is a bit of a porker. Not in a chubby sense – it’s incredibly thin, yet still feels durable – but it weighs 680g, which is more than twice as much as a Kindle. As you’d imagine, holding it in one hand isn’t comfortable for more than a minute or two. There’s a good reason Steve Jobs demonstrated it resting on his knee in an armchair: it disguised the fact that you need extra support for prolonged use.Comfort aside, if you’ve used an iPhone the experience will be instantly familiar. Put simply, nothing else comes close. The learning curve is non-existent and it’s all helped by the iPad’s sheer speed.



Web pages render as fast as they do on a desktop PC and pinch-zooming is instantaneous, which helps ensure the screen size isn’t the limitation we expected it to be. For those unsure what they’d use an iPad for, browsing the web from a sofa is one of the most persuasive arguments. It feels every bit as intuitive as on the iPhone, but the size and screen quality free you from constant scrolling and zooming.There’s one monumental caveat, though, and that’s Apple’s continuing disdain for Flash. You soon realise just how many websites rely on it, and while its absence is not quite a killer blow, it puts a good few sticks of dynamite under Apple’s claims that the iPad is “the best way to experience the web”.Everything works in both landscape and portrait mode, the display immediately rotating to accommodate the orientation – there’s no up or down, no right or wrong way to hold it. For using it lying in bed there’s also a handy rotation-lock switch; during the announcement in January, this switch was designated as a mute button, but this is a far more useful function. Muting is now done by holding the down volume rocker, which is slightly annoying if you just want to reduce the volume by more than one or two notches.



A major criticism is that third-party apps can’t multitask (although some Apple apps do – mail is checked in the background, for example, and the iPod app can play while you’re doing something else). How much of an issue this is will depend on your way of using it. Opening and closing apps is fast, and many retain their state when closed. It’s those that don’t that will cause frustration; the New York Times Editors’ Choice app, for example, sends you to the home page upon opening, so nipping in and out proves frustrating.Of course, there are some apps that almost demand multitasking to function properly – think Twitter clients and third-party music players such as Spotify. While there’s a possibility we’ll see some form of it in an impending OS update, right now it’s a limitation that hampers the large, flexible iPad far more than it ever has the little iPhone. If we’re seriously to view the iPad as superior to a netbook, we should at least be able to flick between a website and a messaging app. It’s basic stuff.The virtual onscreen keyboard is another limitation. The device is too wide to type with your thumbs, and typing with one hand while holding it in the other is a slow pecking process. Place it on a desk in landscape mode, though, and things improve. We became proficient pretty quickly, to the point where hammering out an email is far from an unwieldy chore. If you really want to write your novel on it, the iPad’s integrated Bluetooth will pair with any compatible keyboard, and Apple offers a neat iPad dock with a traditional iMac keyboard.




Elsewhere, there’s 8GB of DDR3 RAM, and the Ultrabook hardware requirements are met by the combination of a 500GB hard disk and a 32GB cache SSD. The battery, meanwhile, lasted for an impressive 9hrs 30mins in our light-use test.The one component to really raise eyebrows comes from Nvidia. We’ve not yet seen its GeForce GT 630M in an Ultrabook, and it delivers a significant boost over the integrated Intel HD Graphics 4000 chip. Indeed, where Intel’s integrated GPU struggles to an average of 27fps in our Low detail Crysis test, the Nvidia GPU hits 92fps at the same settings, and achieves a playable 32fps even at 1,600 x 900 and Medium detail.This solid, attractive machine isn’t without its problems, though. Push the Dell to the limit with games or applications, and the fan noise becomes intrusive. The combination of Intel’s speedy processor and the heat-spewing Nvidia graphics chip were enough to see the fan ramped up to unusually loud levels during longer gaming sessions, while sustained strenuous multitasking had a similar effect.



More disappointing still is that the noisy fans aren’t capable of keeping the XPS 14 cool under pressure. Despite multiple BIOS updates, running our gaming tests for extended periods of time saw average frame rates drop dramatically, and further testing confirmed the GPU was throttling its speeds after around ten minutes. With our Crysis tests causing CPU temperatures to top 93°C, and the area around the fan exhaust near the hinge rising from 48°C at idle to 78°C during gaming, this Ultrabook struggles to maintain its composure under duress.The display raises more concerns. We’ve no complaints about the 1,600 x 900 resolution, but image quality is merely average. Narrow vertical viewing angles cause the image to wash out or darken considerably when viewed at the slightest angle, and a noticeable edge-enhancement effect seemed to be applied at all times, making for an over-sharpened and slightly pixellated effect. With a very average contrast ratio of 226:1, the only real highlight is the Dell’s incandescent backlight – it reached a blinding 494cd/m2 in our tests.Despite being quite lovely to look at, and even lovelier in the flesh, Dell’s XPS 14 has some serious issues to contend with. At this price, we’d have hoped for a far superior display, and it’s clear that cramming a dedicated graphics chipset into such an attractive, slimline chassis isn’t as easy as it looks. There’s a huge amount of promise, but alas this power-packed Ultrabook just doesn’t make the grade.



Apple knows the success of the iPad will be driven largely by the software, and it shows. Photos is perfectly tuned to the iPad’s natural ability to display your shots, with slick slideshows turning this into an instant photo frame.The Calendar and Contacts apps won’t bowl you over with their numerous features, being functional rather than flexible. They’re beautifully designed, though, and look very much like their paper-based equivalents.Apple also includes an enhanced implementation of the iPhone’s Maps app, and it works fantastically: zooming and scrolling are smooth and fast. Overall speed feels limited by the network connection rather than the speed of the app itself.A serious downside of the Wi-Fi-only iPad is its lack of satnav capability. Maps is reduced to approximating your location using information it has about local Wi-Fi networks, which is far from accurate. Only the 3G versions of the iPad will include GPS.Then we come to the iPod app. This not only borrows much of its interface from iTunes, it’s tightly integrated to it. That might sound a good thing, but it means the iPad will only play music you’ve copied on to the device – you can’t stream tracks from your iMac, for instance.



Click here to read Stuart Turton's thoughts on the iBooks reading experience The iBooks eBook-reader app has been lauded as a “Kindle killer” application, and on first impressions it should certainly give Amazon pause for thought. The extreme attention to detail even extends to a faint outline of the text on the previous page showing through as a page turns, just as it would with a regular book.We did have to strain a little to read the text in bright sunlight: that reflective TFT again. And there are the inevitable problems reading from a backlit display for any length of time, which you simply don’t get with a dedicated reader based on E Ink technology (or a book for that matter).At launch there are thousands of third-party apps available: the iPad is compatible with almost all the 150,000+ iPhone apps on the App Store. But once you’ve used full iPad apps, running an iPhone app feels very limiting; they run either in a window in the middle of the screen at standard size, or scaled up to double size with the attendant pixel blurring.We tested a number of third-party apps designed for the iPad, and results were mixed. One of the stars is the $9.99 Scrabble app, which is as close to playing on a real Scrabble board as you could hope for. There’s even a free companion iPhone app allowing you to use the iPhone as your tile rack; you flick the tiles from the iPhone to the board on the iPad.




The BBC News app, which sadly won’t be available in the UK until the BBC Trust gives the all-clear, is similarly impressive. In landscape mode you flick through the thumbnails that sit on the left-hand side of the screen; press one you’re interested in and the story appears on the right-hand side. Then flip to portrait mode and the story fills the whole width of the page.Given the limited time developers have had, it’s no surprise that some of the other apps we tried were still rather buggy. They’ll need updating now that developers can test on the actual device rather than the emulator.The iPad is the first in a series of products that could transform the industry; we know HP is releasing its slate later this year, Dell is producing a 5in slate based on Google Android, and rumours abound that both Nokia and Samsung are producing iPad rivals, too.We can see why. Although the iPad isn’t a replacement for your main computer, there is an argument for it as a secondary device. Many people will be able to manage quite happily with just a desktop machine and an iPad, or one of the many slates due to appear in the coming months.That said, don’t be fooled into thinking the iPad or its future competition can match a laptop running a full-blown operating system. And the iPad in particular is restrained by Apple’s controlling influence, as is shown by the crippling lack of support for Flash.Then again, what the Apple iPad has that no laptop can match is fun. It’s difficult to express just how easy it is to use this device. We can see gadget lovers joining the Apple faithful in the queues outside the Apple Stores when it’s released in the UK later this month.



There have been few more heartening 2012 success stories than this one. The Raspberry Pi has been in development since 2006, but this year saw it finally move from dream to reality in truly spectacular style.After the first ten Raspberry Pi boards fetched more than £16,000 on eBay in January, the public got the opportunity to buy their own a month later – and buy they did, in numbers so large that the Raspberry Pi Foundation could barely cope. Despite reports of shipping delays the orders just kept coming: sales topped half a million in September, prompting the Raspberry Pi Foundation to move production from China to the UK, and the big millionth sale is expected before the year is out.Schools are buying, kids and parents are coding together. Mission accomplished? They’re only just getting started.BDUK is doling out £530 million of public investment in broadband, with the aim of giving 90% of homes speeds of at least 24Mbits/sec by 2015. So far every penny that's been allocated has gone to a single company: BT.



Admin · No views · Leave a comment
May302017

Batterie Asus u43jc


Google a discrètement ajouté une étiquette aux articles de petites publications qui apparaissent dans les résultats de recherche. Si vous recherchez un événement local sur iOS ou Android depuis les applications Google Actualités et Météo, ou Google Actualités sur le Web, vous verrez la désignation « Source locale » à côté de publications régionales. Ce processus est bien plus pratique que de se connecter sur le site Web de son média local favori, d’aller dans le menu, et de sélectionner la commune qui nous intéresse pour avoir plus ou moins des informations pertinentes.« Les rédacteurs de contenus locaux jouent un rôle essentiel dans la couverture des histoires qui ont chaque jour un impact dans nos villes, nos écoles et nos quartiers », a déclaré le chef de produit de Google Actualités, James Morehead, dans un article sur le blog de la société. Cette nouvelle étiquette commence à être déployée dès aujourd’hui.Google n’est pas étranger à l’agrégation de nouvelles locales. En 2011, le géant de la recherche a lancé « Actualités près de chez vous », un service qui utilise le GPS de votre smartphone et l’emplacement de votre réseau cellulaire afin de mettre en avant des articles géographiquement pertinents à la recherche. Ces contenus locaux apparaissent dans une rubrique entièrement consacrée à votre ville. Et en 2013, Google a commencé à tester une fonctionnalité dans Google Now, son assistant intelligent pour Android, qui a rassemblé le contenu régional sur les entreprises et les événements locaux, en fonction de l’heure du jour et d’autres variables contextuelles.



Mais, Google n’est pas le seul à s’initier sur ce marché. Il y a eu un regain d’intérêt de l’industrie technologique dans l’affichage des contenus locaux ces derniers temps, dont le meilleur rendu est peut-être incarné par l’application mobile BlockFeed, qui propose de rassembler tous les articles de presse et de les placer sur une carte — uniquement disponible dans la ville de News York. L’application, qui a été lancée l’été dernier, analyse tous les articles de blogs, les articles des journaux, et les réseaux sociaux, et utilise des techniques de géopositionnement et des métriques de médias sociaux pour servir un contenu utile. Pendant ce temps, le géant technologique Facebook devrait lancer une édition locale de sa plate-forme Instant Articles dans les prochains mois.Samsung a mis l’accent sur sa technologie innovante pour les écrans il y a quelques années, démontrant celle-ci avec quelques prototypes. Mais, la firme sud-coréenne pourrait bientôt aller plus loin avec sa technologie d’écran pliable.Les rumeurs d’un smartphone pliable de Samsung — connu sous le nom de code Project Valley — ont déferlé sur la toile depuis quelques années, et la dernière fuite suggère que celui-ci est prêt pour une sortie l’année prochaine, sous le nom de Galaxy X. Un message sur le réseau social chinois Weibo suggère le Samsung Galaxy X mettra en exergue un écran pliable 4K afin de maintenir la haute résolution lorsque le dispositif est plié — ce qui serait une fantastique réussite s’il a vraiment la capacité de complètement se plier.



LG a présenté des smartphones pliables — le G Flex et Flex G 2, respectivement en 2013 et 2014 —, mais le Galaxy X est répandu pour être beaucoup avancé et attrayant. En effet, ce dernier pourrait se replier comme un portefeuille.Bien qu’il soit difficile de savoir d’où la source tire ces informations, ou même déchiffrer ce qui est écrit dans les captures relayées par SamMobile, combiné avec le fait que nous ne nous attendions pas à voir une telle percée dans les écrans flexibles si rapidement, suggère que cela pourrait être une pure spéculation basée sur aucun fait.La « source » va également faire quelques déclarations que nous-mêmes nous ayons pu prévoir : il y aura encore quatre smartphones phares de Samsung en 2017. Selon cette même source, nous devrions retrouver le Galaxy S8, le Galaxy S8 Edge, le Galaxy Note 7 et le Galaxy Note 7 Edge.




Les trois premiers noms sont assez évidents à donner étant donné que Samsung a suivi cette convention de nommage de ses smartphones pendant des années. Concernant ses smartphones incurvés, la firme a opté pour le terne « Edge » depuis l’arrivée sur S6 Edge+ il y a un peu moins de deux ans. Chaque smartphone va apparemment être doté d’un écran Super AMOLED d’une résolution résolution 2.5 K.Avez-vous acheté un nouveau MacBook ? Malheureusement, vous n’êtes pas satisfait de l’autonomie de ce dernier ? Vous voulez quelque chose de solide pour protéger son joli extérieur sans bloquer le port USB-C ? Omni Technology peut avoir ce que vous cherchez, avec la première « smart case » (coque) du monde dédiée au MacBook d’Apple, embarquant une batterie et des ports supplémentaires. Autrement dit, vous vous retrouvez avec le parfait accessoire quand vous voyagez.



Nommé le Omni Smart Case, cette expansion du MacBook est actuellement un prototype sur Kickstarter qui est à la recherche d’investisseurs pour financer la production. La batterie lithium-ion intégrée promet d’ajouter 9 heures d’autonomie supplémentaire au MacBook, tandis que les trois ports fournisses de l’USB-C, de l’USB 3.0 et de l’HDMI, facilitant la connectique avec d’autres périphériques sans avoir à acheter des adaptateurs supplémentaires.La coque de protection comprend une partie inférieure qui se branche au port USB-C du MacBook et un couvercle. Elle mesure 20,01 x 29,41 x 1,70 cm, et pèse 295 g, permettant de garder le MacBook plutôt mince et léger. La coque elle-même est très résistante, et elle est doublée d’un matériau absorbant les chocs éviter que les coups accidentels nuisent aux composants logés à l’intérieur de l’ordinateur.Comme avec les nouveaux MacBooks de 12 pouces libérés il y a quelques semaines, la coque Omni Smart Case est commercialisée en quatre coloris – gris sidéral, argent, or et or rose. Lorsque le MacBook est positionné dans la coque, les propriétaires peuvent tout simplement recharger l’ordinateur portable d’Apple en le branchant par le port USB-C de coque. Dans l’ensemble, les propriétaires d’un MacBook bénéficient de la protection, d’une batterie supplémentaire, et divers ports, sans avoir à utiliser une solution encombrante.



Le projet Kickstarter lancé le 8 avril 2013, a plus que 41 heures pour arriver à convaincre. À ce jour, la campagne a permis de récolter 3 972 dollars, contre les 65 000 dollars envisagés. Autrement dit, il y a peu de chance pour que la campagne arrive à être validée. C’est étonnant pour un projet qui semble alléchant.La Omni Smart Case est prévue d’être commercialisée à 200 dollars. Les contributeurs déboursant 149 dollars ou plus, recevront une Omni Smart Case au moi de juillets. D’autres offrent existent.Apple Pencil est devenu l’une des raisons les plus alléchantes pour acheter un iPad Pro. Alors que le stylet est en soi assez impressionnant, comme on peut s’y attendre, la société prévoit de l’améliorer.Dans un nouveau brevet délivré par l’US Patent and Trademark Office, Apple prévoit de créer un Pencil similaire avec des capteurs et des algorithmes avancés pour détecter plus que la pression et l’inclinaison. Au lieu de cela, le nouveau « stylet intelligent » permettra de remplacer sa mine, offrant à l’utilisateur davantage de possibilités pour différents types d’outils, comme une brosse, un stylo, et ainsi de suite.



Encore plus excitante, une technologie permet de combiner les avancées technologiques de l’Apple Pencil avec un stylet traditionnel. D’après le brevet, il semble que l’Apple Pencil 2 serait utilisable comme un outil de saisie traditionnel, mais serait également capable de numériser ce qui a été saisi, un peu comme LiveScribe le fait déjà.Apple apparaît également utiliser l’autre extrémité de l’Apple Pencil, en incluant divers capteurs pour le faire fonctionner comme une gomme — ce qui était envisagé dans l’accessoire de première génération. D’autres ajouts comprennent un capteur d’identification tactile intégré, pour empêcher les doigts non reconnus de l’utiliser, ou encore un code d’identification unique que le iDevice serait capable de détecter.Bien sûr, l’attribution d’un brevet ne garantit pas nécessairement que les technologies présentées soient incluses dans un produit du monde réel. Cela dit, avec autant de louanges reçues sur l’Apple Pencil, nul doute que la société souhaite améliorer un produit déjà convaincant. Cela pourrait prendre un certain temps : son précoce succès a entraîné des pénuries d’approvisionnement généralisées, et la plupart des boutiques sont seulement en train de rattraper maintenant la demande.




Les gens sont déjà en train de naviguer sur le Web avec leurs casques de réalité virtuelle (VR), et bientôt, la VR basée sur le Web pourrait offrir une expérience de 90 fps entièrement fluide, au moins dans le navigateur Chrome.Plus précisément, je parle de la plate-forme WebVR, qui est actuellement plafonnée à une expérience à 60 fps dans le navigateur Web Chrome, et pour laquelle Google a dû faire face à des contraintes techniques. Comme vous le savez probablement, les traditionnels casques de réalité virtuelle, comme le Oculus Rift et le HTC Vive, offrent des expériences à 90 fps, et la finesse supplémentaire est essentielle en matière de réalisme afin d’éviter certains effets de nausées.Cependant, et comme le souligne Ars Technica, lors du troisième show SVVR (Silicon Valley Virtual Reality), Road to VR signale que Boris Smus, un ingénieur logiciel chez Google, a dévoilé de nouveaux efforts avec Chrome qui ont poussé jusqu’à 90 fps pour une expérience de WebVR totalement fluide. Smus a utilisé sa propre version de Chrome pour montrer une démo de WebVR en 90 fps avec le casque HTC Vive.



L’espoir est que cette technologie va bientôt faire son apparition dans la version de Google poussée aux consommateurs. Mais, combien de temps cela va prendre reste une énigme. Smus précise aux amateurs de réalité virtuelle dans l’assemblée : « la performance de WebVR est maintenant assez bonne pour déployer des choses réelles ».Autrement dit, après ce déploiement, le rendu des sites de réalité virtuelle va être assez impressionnant, et mettra le contenu à portée de toute personne ayant un casque VR et un navigateur, sans avoir à télécharger ou installer quoi que ce soit.Bien sûr, vous aurez besoin d’une carte graphique assez puissante pour faire face à la charge de travail nécessaire pour produire le contenu de réalité virtuelle. De plus, et à l’heure actuelle, WebVR n’aura évidemment aucun équivalent face à des applications de réalité virtuelle natives en matière de performance. Cela dit, le monde de la réalité virtuelle sur le Web est très attendu, et nous pourrions voir des expériences assez révolutionnaires.YouTube teste une fonctionnalité de messagerie sur ses applications, qui vous permettront de discuter et de partager des vidéos avec vos amis sans avoir à utiliser une autre plate-forme.Le service est en cours de déploiement à un petit groupe d’utilisateurs, avec l’espoir que ce groupe va grossir, et ainsi atteindre davantage de gens. Les quelques chanceux qui ont reçu la fonctionnalité de messagerie pourront inviter leurs amis à discuter, tout simplement en les ajoutant à un fil de conversation, qui va se retrouver dans un nouvel onglet.



YouTube espère que cette caractéristique encouragera les gens à partager davantage de vidéos depuis ses applications mobiles, rapporte Wired. Une date de lancement générale n’a pas encore été confirmée.En fin de compte, il s’agit d’une importante fonctionnalité pour YouTube afin de capitaliser sur l’expérience collective liée à ce petit groupe d’utilisateurs, offrant des interactions entre tous les participants. Si le géant de la recherche a déjà le plus grand service de vidéo sur le Web (plus de 1 milliard d’utilisateurs et de vues), avec des chiffres sur mobile dépassant largement ses rivaux. Par conséquent, il est surprenant que la fonctionnalité n’ait pas été présentée plus tôt.Malgré le fait d’être en avance face à la concurrence, Google doit néanmoins surveiller de près ses rivaux. En premier lieu, Facebook, et maintenant Snapchat, connaissent tous les deux une impressionnante croissance. Pendant ce temps, un nouveau challenger est arrivé sous la houlette d’Amazon, qui a lancé son service Video Direct.À l’heure actuelle, la seule option pour partager des vidéos sur YouTube est par e-mail ou par d’autres réseaux sociaux, comme Twitter, Facebook, LinkedIn. Une fonctionnalité de messagerie assez puissante et sexy permettrait de contourner la nécessité de publier du contenu provenant de YouTube ailleurs, en gardant les gens ancrés à ses applications.



Admin · 2 views · Leave a comment
May302017

Batterie Asus UL30A


Selon le NCC, qui s’occupe des droits des consommateurs, Runkeeper suit les données de localisation, puis envoie ces données à un annonceur tiers aux États-Unis, Kiip.me. L’application a été jugée pour enregistrer des données pendant une période pouvant aller jusqu’à 48 heures, même lorsque le smartphone de l’utilisateur est inactif.« Tout le monde comprend que Runkeeper suit les utilisateurs pendant qu’ils font du sport, mais pas pour une utilisation abusive », a déclaré le directeur de NCC, Finn Myrstad, dans un entretien avec Ars Technica. « Non seulement c’est une violation des lois sur la vie privée, mais nous sommes également convaincus que les utilisateurs ne veulent pas être suivis de cette façon, et encore moins partager ces informations avec des annonceurs tiers ».Malheureusement, il est peu probable que FitnessKeeper va faire face à des sanctions en Europe, puisque l’entreprise n’a pas de filiales européennes, et est entièrement basée aux États-Unis. En tant que telles, les agences européennes ont un pouvoir limité contre elle.



Ce n’est pas la première fois que nous entendons parler des applications qui prennent plus qu’elles ne le devraient, essayant de se faire de l’argent sur le dos de l’utilisateur. Il est bon de savoir que des enquêtes de ce genre sont menées afin de savoir si nous devons ou non continuer à utiliser l’application incriminée.Dans le cadre de l’enquête de la NCC, Tinder est également sous contrôle, mais aucune plainte officielle n’a encore été déposée.Dans un avenir proche, vous n’aurez pas besoin de toucher votre smartphone, votre tablette, ou un clavier lorsque vous souhaitez taper. Voilà le concept derrière le Tap Strap, un étonnant clavier portable connecté en Bluetooth qui convertit les mouvements des doigts en touches, de sorte que vous pouvez taper des messages en utilisant toute la surface comme un clavier virtuel.Ne vous attendez pas un clavier visuel, ou un clavier laser projeté pour vous guider. Tout cela est fait en utilisant des gestes. Vous commencez par mettre le Tap Strap. Ce dernier se glisse sur vos doigts comme un gant, et est fabriqué à partir d’un doux tissu qui a des capteurs à l’intérieur afin d’analyser les mouvements des doigts. Il peut passer de main en main, ou vous pouvez en porter deux pour taper plus rapidement à deux mains.




La saisie avec chaque doigt verra un caractère ou un numéro apparaître sur l’écran, et il est possible de ponctuer et insérer des caractères spéciaux en utilisant différents gestes. Alors que Tap Systems, l’entreprise derrière le Tap Strap, n’a pas indiqué comment cela fonctionne, un article de Bloomberg indique qu’un simple tapotement de chacun de vos cinq doigts se traduit par une voyelle, et une combinaison va ajouter les consonnes.Il y a apparemment 31 tapotements possibles avec vos doigts, et même si une précision de 99 % est promise, on peut s’attendre à une forte composante de texte prédictif pour que l’expérience soit fluide. La plupart des gens ont du mal à se rappeler de plus de quelques gestes, alors 31… Tap Systems imagine le bracelet comme une alternative au contrôle vocal, en insistant sur l’aspect de la vie privée de l’utilisation de gestes pour taper des messages comme l’un de ses principaux avantages.Le Tap Strap se connecte en utilisant la connectivité Bluetooth, et devrait donc fonctionner avec presque tous les appareils mobiles. Mais, le véritable avantage pourrait être pour une utilisation avec des casques de réalité virtuelle.



Son utilisation va au-delà du contrôle du clavier virtuel, et le de fondateur de Tap Systems, Ran Poliakine, envisage qu’il soit utilisé pour jouer de la musique sur les appareils numériques, ou encore d’être incorporé au matériel de réalité mixte tels que le casque HoloLens de Microsoft. Afin de promouvoir les utilisations multiples du Tap Strap, un kit de développement sera disponible pour les développeurs et les fabricants.Il y a énormément de preuves accablantes que vérifier constamment nos e-mails, et d’être d’astreinte 24 heures sur 24, est mauvais pour notre santé — on peut remercier les smartphones. Nos députés français sont tellement préoccupés par ce phénomène, qu’ils proposent une interdiction des e-mails professionnels en dehors des heures de bureau.Cela veut dire que vous ne recevrez plus votre rapport de vente à 3 h du matin, ou tout autre e-mail vous faisant bondir de votre chaise parce que ce dernier ne correspondait pas à vos attentes. Cela s’est passé la semaine dernière, lorsque le gouvernement français a adopté le projet de loi qui pousse l’idée à une véritable loi.Selon les lignes directrices proposées, les entreprises de 50 personnes ou plus devront instaurer une charte de bonne conduite. Celle-ci va devoir inclure des règles qui comprennent les moments précis le soir et le week-end où le personnel sera interdit d’envoyer ou recevoir des e-mails. Ce « droit à la déconnexion » va donc permettre au salarié de ne pas répondre à ses e-mails professionnels hors du temps de travail, en lui apportant une protection juridique nécessaire.



« Les employés quittent physiquement le bureau, mais ils ne quittent pas leur travail », a déclaré le député socialiste, Benoît Hamon. « Ils restent attachés par une sorte de laisse électronique — comme un chien. Les e-mails colonisent la vie de l’individu au point où il ou elle finit par se décomposer », poursuit-il. Alors qu’il est important de comprendre que les entreprises doivent rester connectées en permanence, en particulier celles qui établissent leur présence sur les réseaux sociaux, il est nécessaire de comprendre et d’utiliser les concepts de travail en équipe. Cette dépendance et l’arrivée massive de la technologie ont poussé le monde moderne dans un état où les employés peuvent physiquement quitter leur bureau, mais rester mentalement collés à leur smartphone partout où ils vont, à leurs écrans d’ordinateur à la maison, et ce, en permanence, même quand ils ne sont pas au travail.



Bien que le projet de loi soit proposé, tout le monde n’est pas d’accord avec cette interdiction d’e-mails, certains ayant fustigé l’intervention du gouvernement. Cette nouvelle loi pourrait également être difficile à mettre en œuvre — il est possible que certains employés doivent tout simplement passer à différents outils ou méthodes pour rester connectés. Une étude menée en 2015 par le Center for Creative Leadership a constaté que les employés qui utilisent les smartphones finissent par travailler jusqu’à 13,5 heures chaque jour — et jusqu’à 72 heures par semaine lorsque vous incluez le week-end. « Bien que la technologie puisse être un bouc émissaire logique, il est en fait juste une façade pour un problème séculaire : la mauvaise gestion du temps, et un manque de leadership », a déclaré le rapport.Mais, selon moi, l’e-mail est juste un moyen utilisé pour communiquer. Le vrai problème est la culture d’avoir à faire toujours plus et toujours faire mieux que les concurrents. Je pense que le thème lié au « droit à la déconnexion » est beaucoup plus grand que le simple arrêt des e-mails après le boulot.




Le projet de loi va maintenant être poussé au Sénat, où il va recevoir un examen approfondi avant d’être renvoyé à l’Assemblée nationale afin de l’inscrire dans la loi française. Si vous travaillez en France, mieux vider votre boîte de réception professionnelle aussi rapidement que possible.Est-ce que votre start-up ou votre entreprise a adopté une telle politique où aucune communication pendant les vacances ou avant et après les heures d’ouverture de boulot est proscrite ?Steve Jobs a peut-être célébré la mort de Flash en 2010, mais la technologie d’Adobe a réussi à survivre en dépit de la croissance de l’HTML5. Cependant, cela commence lentement à changer. Google vient d’annoncer qu’elle commence à éliminer le support par défaut de Flash dans son navigateur Chrome.Au 4e trimestre 2016, Chrome cessera le support publicitaire pour le player Flash, malgré le fait que la technologie soit toujours chargée dans le navigateur.Pour les sites où la vidéo HTML5 est proposée aux côtés de Flash, Chrome va charger la nouvelle technologie par défaut. Mais, pour les sites où le Flash est la seule option, les utilisateurs seront invités à ajouter le site à une liste blanche, afin de lire le contenu, en utilisant le player d’Adobe.



Il y aura également une liste blanche pour les 10 sites les plus populaires qui comptent toujours sur le player Flash, à avoir YouTube, Facebook, Twitch ou encore Amazon. La liste sera régulièrement réexaminée, et doit expirer après 12 mois. Le plan est donc de supprimer des sites de la liste chaque fois que c’est possible – par exemple, Twitch va passer au streaming vidéo en HTML5, et devrait donc commencer à progressivement éliminer l’utilisation de Flash. Cela signifie que, après le quatrième trimestre 2017, Flash devra être explicitement activé sur chaque site qui essaie de l’utiliser. Pour les professionnels, Google va ajouter le support de la gestion de la liste blanche afin de s’assurer que les entreprises qui ont besoin de Flash pour les sites Intranet ou similaire ne subissent aucun problème.Les nouvelles ne sont pas vraiment une surprise. Adobe s’est elle-même éloignée de Flash, tandis que le nouveau navigateur Web de Microsoft, Edge, a commencé l’abandon de Flash. Flash est déjà le dernier plug-in restant, où tous les principaux navigateurs restreignent complètement le player, ou l’interdisent purement et simplement, comme d’autres plug-ins. Les développeurs de navigateurs sont maintenant cohérents dans leur désir de le pousser hors du Web, mais sa large utilisation et la complexité de nombreux sites qui continuent à l’utiliser signifient que ce n’est pas encore trivial.



La gamme de minuscules ordinateurs Raspberry Pi peu coûteux peut exécuter une large gamme d’OS. Mais, l’un des moyens les plus faciles pour commencer est Raspbian, un système d’exploitation qui est basé sur Debian, une distribution Linux, qui est optimisée pour le Raspberry Pi.Cependant, lorsque la Fondation Raspberry Pi a lancé le Raspberry Pi 3 en février, la dernière image Raspbian avoir un support limité pour le Bluetooth. Maintenant, il y a une nouvelle version de Raspbian, comprenant un meilleur support pour la technologie Bluetooth, parmi d’autres améliorations, sur le Raspberry Pi 3.Raspbian comprend maintenant une icône Bluetooth dans la barre des tâches. En cliquant dessus, vous pouvez ouvrir un dispositif qui vous permet d’ajouter un dispositif comme une souris, un clavier, ou une enceinte. Une fois qu’un dispositif est jumelé, il devrait se reconnecter automatiquement à chaque fois que vous redémarrez le Raspberry Pi. Mais, seuls les appareils qui prennent en charge les services Human Interface Device ou Audio Sink sont actuellement pris en charge, donc si vous avez quelque chose d’autre qu’une souris, un clavier, une enceinte, ou un casque, votre dispositif pourrait ne pas fonctionner.



Une autre nouvelle fonctionnalité dans la dernière version de Raspbian comprend un copieur de carte SD. Vous allez ainsi être en mesure de copier l’intégralité de votre installation sur une seconde carte, permettant de sauvegarder votre système ou de migrer vers une carte plus grande ou plus rapide.D’autres mises à jour incluent le passage au noyau Linux 4.4, certaines mises à jour d’applications, et l’inclusion de l’éditeur de texte Geany.La façon la plus simple d’installer Raspbian est de télécharger le programme d’installation de NOOBS, et de suivre les instructions d’installation. Si vous utilisez déjà une version antérieure de Raspbian, vous pouvez mettre à jour en exécutant quelques commandes depuis le terminal, comme décrit dans la publication sur le blog de Raspberry Pi.Les publications locales peuvent ne pas avoir la portée géographique des mastodontes comme le New York Times ou le Wall Street Journal de l’autre côté de l’Atlantique, mais cela ne diminue pas leur importance pour les personnes au sein de leur lectorat. Voilà en partie pourquoi Google veut faciliter la distinction des sources locales dans Google Actualités à partir d’aujourd’hui.



Admin · 2 views · Leave a comment
May292017

Batterie Apple A1189


Cette année, la Google I/O promet d’être pleine de surprises. Ce mardi, Hugo Barra, vice-président chez Xiaomi Global, est allé sur Twitter pour annoncer que Xiaomi serait une partie intégrante de la Google I/O, la conférence de Google réservée aux développeurs qui débute ce jour.Cependant, peut-être que le plus intéressant des nouvelles a été les deux images postées qui l’accompagnaient. La première, très orangée, contient un petit « i » et un « O » majuscule qui ressemble quelque peu à une télécommande de télévision. La seconde présente une série de symboles — des flèches et deux boutons circulaires « A » et « B » — qui ressemblent à des combinaisons sur une manette de console de jeu.Malheureusement, c’est tout ce que Barra a écrit, mais il laisse entendre ce que Xiaomi pourrait révéler pendant la I/O. À en juger par le « i » et le clin d’œil aux consoles de jeux sur les deux clichés, un dispositif de streaming Android TV est envisagé, et ne serait pas sans précédent — Xiaomi vend une gamme de décodeurs et de téléviseurs en Chine. Fait révélateur, ces dispositifs embarquent des composants haut de gamme que l’on s’attend à retrouver dans un périphérique phare Android TV : la Mi Box haut de gamme offre un support à la technologie Miracast, au Wi-Fi bi-bande, et au sond Dolby et DTS, alors que la Mi Box Mini dispose d’un processeur quadricœur et de 1 Go de RAM dans un minuscule châssis.Dans un mystérieux tweet, Xiaomi dit être une partie intégrante de la Google I/O 2016 En étant une marque chinoise, Xiaomi est extrêmement populaire avec 15,9 % du marché des smartphones en Chine, s’avérant être le plus grand de tous les constructeurs chinois. Mais, ses ambitions d’expansion à l’échelle mondiale sont connues. D’ailleurs, Xiaomi a fait sa première apparition au Mobile World Congress à Barcelone en mars dernier.



Le marché de la set-top box n’est pas nouveau, puisque des mastodontes comme Amazon, Google, Apple ou encore Roku ont depuis longtemps apporter leurs dispositifs sur le marché. Néanmoins, Xiaomi voit évidemment ce marché comme une potentielle zone de croissance. Avec l’aide de Google, la firme pourrait y arriver !Drôle. Comme Sony qui semble abandonner ses smartphones de la gamme Xperia Z pour attirer les consommateurs vers la gamme Xperia X, Moto pourrait faire exactement le contraire.Le prochain flagship de Motorola, qui a été répandu pour être un successeur métallique de l’excellente série Moto X de l’an dernier, pourrait en fait être nommé le Moto Z.Comme le note VentureBeat, Motorola ne serait pas le premier fabricant à changer le nommage de son populaire smartphone phare. HTC a fait de même avec son HTC 10 et, comme je l’ai mentionné plus tôt, Sony est en train de faire de même.Mais pourquoi un tel changement ? Eh bien, cela pourrait signifier un gros ajustement dans les efforts entourant les smartphones de Motorola. Le Moto G4, le Moto G4 Plus et le Moto G4 Play sont fabriqués pour se retrouver dans les mains d’un plus grand nombre de consommateurs qui ont un petit budget. Le Moto Z, où, quel que soit son nom, va cibler ceux qui veulent de meilleures performances et des tas d’options.En parlant d’options, il a été mentionné que le smartphone va être doté d’un châssis métallique, et offrira certaines fonctionnalités modulaires par le biais de coques remplaçables, ou « Amps ». Deux dispositifs connus sous le nom de code Vertex et Vector Thin pourraient être annoncés respectivement comme le Moto Z et le Moto Z Style.



Les deux smartphones sont censés avoir un écran AMOLED de 5,5 pouces, mais un seul modèle devrait être une version haut de gamme avec un processeur Qualcomm Snapdragon 820, 4 Go de RAM, et un svelte boîtier, tandis qu’un modèle moins cher aura un écran full HD, un processeur Snapdragon 625 et jusqu’à 3 Go de RAM. Néanmoins, un domaine où le modèle moins cher arrive en tête : la batterie. Il est prévu d’avoir une batterie d’une capacité de 3 500 mAh, tandis que le modèle plus mince aura une batterie de 2 600 mAh.Si vous étiez septique concernant les plans de Google d’introduire un concurrent au Amazon Echo, une nouvelle publication pourrait vous faire changer d’avis, en affirmant ce que nous allons voir lors de la Google I/O, qui débute aujourd’hui.Selon le New York Times, Google va introduire son dispositif autonome de domotique connecté à la I/O 2016, et nommer ce dernier le « Home ». Jusqu’ici, nous connaissions ce dernier sous le nom de code « Chirp ». La publication du NYT précise que le Google Home va être un dispositif qui « répond à de simples questions, et réalise des tâches de base ». Toujours d’après la source, nous apprenons qu’il fera ses débuts cet automne.En dehors du nouveau nom et de sa pseudo-confirmation que le dispositif sera publié à l’automne, il n’y a rien de nouveau à signaler. On ne peut pas dire si Google aura des API ouvertes pour les développeurs, ou si vous serez en mesure d’utiliser la familière commande « OK Google » pour déclencher une nouvelle tâche ou une requête.



Google a annoncé son initiative domotique, baptisée Android@Home, en 2011, mais n’a rien fait avec elle. La société a ensuite acquis la société de domotique Nest pour 3,2 milliards de dollars en février 2014, lançant de nouveaux produits. Google a également publié une gamme de routeurs intelligents nommés OnHub, conçus par des partenaires — ASUS et TP-Link. Le OnHub a récemment reçu un support pour IFTTT, une plate-forme logicielle qui peut aider les utilisateurs à effectuer de simples tâches comme alerter les parents lorsqu’un enfant rentre à la maison.Si Google a déjà son propre assistant vocal mobile nommé Google Now, Google Home sera adapté à l’exécution des tâches autour de la maison.Amazon a sculpté sa propre offre de domotique avec son enceinte intelligente Echo et son assistant vocal Alexa. Le Amazon Echo peut actuellement effectuer des tâches comme appeler un Uber, commander des produits dans une épicerie ou lire des nouvelles de la journée à haute voix.Apple a également son propre assistant vocal nommé Siri, mais ses capacités sont très limitées par rapport à la concurrence. Siri est idéal pour poser des questions de base, mais ne suffit pas pour effectuer des tâches complexes. Toutefois, Apple a son propre framework HomeKit pour aider les développeurs à intégrer Siri dans les appareils de domotique.




Enfin, Facebook travaille également sur sa propre solution d’intelligence artificielle avec ses chatbots, qui visent à aider les utilisateurs à effectuer de simples tâches, comme trouver des news et même effectuer des achats en ligne.Si les deux publications sont exactes sur le moment de son annonce, nous devrions entendre parler du Google Home lors de la keynote de Google qui débute à 19 heures ce soir.Alors que l’été arrive, que de nouvelles fleurs poussent dans le jardin, Google invite les développeurs (et occasionnellement les journalistes) à San Francisco pour montrer tous ses nouveaux goodies. Les précédentes années ont vu Sergey Brin lancer les Google Glass, tandis que certains gars ont sauté pour rejoindre le Moscone Center à San Francisco depuis un dirigeable.En effet, un jour par an Google rassemble des gens du monde entier pour montrer tout ce que la société a fait durant les douze derniers mois. Nous sommes donc arrivés au jour J, où la firme de Mountain View va dévoiler tout ce qu’elle a gardé enfermé dans ses locaux.



Chaque année, Google fournit aux développeurs les premières informations de la dernière version d’Android. Cette année sera différente, car Android N, la nouvelle itération du système d’exploitation mobile de Google a été dans les mains des développeurs depuis des mois. Je doute que nous voyions de grandes surprises pour Android, et les différentes keynotes prévues pour la I/O vont beaucoup aborder le code produit par les développeurs. Je pense que Google veut que la conférence de cette année puisse démarrer une nouvelle ère dans le développement Android.Cela laisse une grande question pour les fans Android : quel nom va être donné à Android N ? Au cours des dernières années, Google a confirmé le nom de son OS à la fin de l’été ou à l’automne. Mais, peut-être que nous aurons un indice à la I/O de cette année puisqu’Android N est déjà officialisé.Vous ne pouvez pas exécuter un système d’exploitation mobile sans un smartphone ! Et, c’est pourquoi l’on peut penser que Google a de nouveaux smartphones à nous présenter. On pourrait voir un smartphone de 5 pouces, et un autre de 5,5 pouces. Les deux seraient conçus par HTC, qui a récemment lancé l’excellent HTC 10. Ces smartphones vont probablement remplacer le Nexus 5X et le Nexus 6P qui, espérons-le, pourraient davantage être axés pour les consommateurs. Ce serait là une bonne nouvelle pour des smartphones qui disposent toujours de la dernière version de l’OS mobile de Google.



Une chose qui ne semble pas être au menu est un rafraîchissement de la tablette de 7 pouces. Le Nexus 7 reste l’une des meilleures tablettes Android, tandis que la Nexus 9 a pratiquement disparu. La Pixel C a été conçue pour devenir la tablette de choix pour les développeurs, mais n’a pas réussi à attirer les foules. Peut-être que Google a quelque chose dans ce secteur, mais rien n’est sûr.Une dernière réflexion sur Android : les précédentes années ont montré Google faire volte-face sur une intégration plus étroite entre Chrome OS et Android. Jusqu’à présent, les deux OS sont restés distincts, avec Chrome OS étant capable d’exécuter certaines applications Android. Il y a quelques indications que Google Play puisse faire le grand saut sur Chrome OS. Et, peut-être que Google a publié Android N plus tôt pour surprendre le monde en le fusionnant avec Chrome OS.



Si vous regardez sur la liste des sessions de la Google I/O, une chose nous saute aux yeux : le Project Tango est partout. Peut-être que 2016 va enfin permettre au projet Tango d’obtenir l’attention qu’il mérite. Les lecteurs attentifs se souviendront que Tango est une technologie expérimentale et avant-gardiste de modélisation de l’espace en 3D, sur laquelle planchent des équipes de Google depuis plus de deux ans. En utilisant un ensemble de capteurs, un dispositif Tango peut mapper un espace en temps réel, et permet d’interagir avec cette représentation numérique. Les anciennes démonstrations du projet Tango ont créé des expériences de réalité augmentée, et des espaces de réalité virtuelle entièrement immersifs dans lesquels vous pouvez vous promener et explorer.Le projet Tango est très cool, mais celui-ci n’a jamais été dans les mains des consommateurs. En 2014, seule une tablette dédiée aux développeurs était disponible. L’année dernière a vu la sortie d’un smartphone dédié à la technologie Tango, mais a seulement été perçu comme une plate-forme de développement. Mais le 9 juin prochain, Lenovo devrait annoncer le premier smartphone Tango aux consommateurs. Nul doute que Google veut attirer les développeurs sur cette plate-forme avant qu’un dispositif soit lancé.La Google I/O va très clairement mettre l’accent sur la réalité virtuelle, et il semble très probable que la technologie Tango aura un rôle majeur à jouer. C’est un peu surprenant, étant donné que la plupart des gens sont plus familiers avec le Google Cardboard. Mais, il est possible que la technologie Tango soit au centre des futurs efforts de réalité virtuelle de Google. Et peut-être plus. C’est fascinant parce que la technologie Tango de Google ne ressemble en rien à d’autres périphériques sur le marché : ni l’Oculus Rift, ni le HTC Vive. Google pourrait profiter de l’occasion pour positionner Tango comme la technologie de base pour la réalité virtuelle.




Pour 2016, la Google I/O quitte sa vénérable maison mère du Moscone Center à San Francisco, pour se rendre au Shoreline Amphitheatre à Mountain View, en Californie.Google a été évasif sur le choix de ce changement, et peut-être que la raison est que le Moscone est en cours de rénovation. Mais, le changement de lieu est alléchant. Le Shoreline Amphitheatre est un lieu en plein air entouré d’un parc avec plusieurs espaces pavés extérieurs adjacents. Google pourrait de montrer de nombreux projets de plein air, comme son Project Loon, ses hotspots Wi-Fi flottants, ou encore son Project Wing, son propre projet de livraison par drones.Ces espaces pavés, loin des routes et des règlements embêtants, pourraient également être un endroit idéal pour montrer des véhicules terrestres autonomes. Pourrions-nous voir de grands constructeurs réaliser un partenariat avec Google ?Quel que soit ce que Google a prévu pour cette année, la I/O 2016 donnera le ton pour la plupart des produits que nous utiliserons dans les jours et les mois à venir : Google Recherche, YouTube, et (bien sûr) Android, pour ne citer que quelques-uns des services et plates-formes. Néanmoins, cette conférence s’annonce passionnante !Les smartwatches se vendent, mais pas aussi bien qu’Apple ou encore Samsung l’espèrent. C’est pourquoi les fabricants innovent constamment, et tentent de rendre ces gadgets clipsés à nos poignets un peu plus attrayants.



Admin · 2 views · Leave a comment

1, 2, 3 ... 108 ... 215  Next page